Sunday, December 14, 2008

Monde Avenir Actualité - Quelles relations entre Rome et Constantinople ? / 4mondeavenir.blogspot.com/

Quelles relations entre Rome et Constantinople?,J-M G.


.

Crédits photo : AP

Le successeur d'Alexis II devra gérer les oppositions internes à son Église.

La succession du patriarche Alexis II a déjà été longuement réfléchie, tant sa santé était précaire, mais elle est loin d'être résolue tant elle est délicate. Les électeurs du concile local (lire ci-dessus) chargé d'élire le seizième patriarche de Moscou, devront statutairement choisir entre trois noms.

Celui qui circule le plus est celui de Cyrille de Smolensk, actuel président du département des relations extérieures du patriarcat de Moscou. Ce théologien, homme d'ouverture, est rompu aux négociations. Il a acquis par sa fonction et ses voyages à l'étranger un réalisme et une connaissance que d'autres n'ont pas. Et incarne une partie de l'héritage laissé par Alexis II.

On parle également de Clément, évêque auxiliaire de Moscou (l'équivalent du vicaire du pape pour le diocèse de Rome), chargé de gérer le diocèse de Moscou. Il a exercé ses premiers pas d'évêque au sein de la communauté orthodoxe de New York. Il est plutôt soutenu par une tendance dite«conservatrice» et soucieuse de retrouver l'âme de la Russie. Et, surtout, en forte défiance vis-à-vis des Occidentaux.

Course pour le leadership

Mais un troisième homme pourrait les départager en cas de blocage. Il s'agit de Philarète de Minsk, en Biélorussie. Ce centriste est le plus âgé des trois. Deux atouts qui offriraient une solution de transition en cas de désaccord.

Les dossiers à traiter sont en effet immenses. Sans évoquer les questions internes et des relations avec la politique, trois grands chapitres touchent l'avenir de l'orthodoxie.

Le premier concerne les relations intra-orthodoxes dans la zone d'influence de Moscou. Les Églises orthodoxes de cette région sont en effet à peine remises de la décomposition soviétique.

Les pays Baltes, notamment, et l'Estonie, qui connaît maintenant deux Églises orthodoxes, dont l'une a été reconnue par le patriarcat de Constantinople. Cet acte fut perçu comme un affront par le patriarcat de Moscou. Mais il y a aussi la question de l'Ukraine. Deux Églises orthodoxes se font face dont l'une s'est créée en rupture avec Moscou. Les tensions sont vives.

Au chapitre intra-orthodoxe, le problème de la gestion des Russes de l'immigration n'est pas réglé, même si le patriarche Alexis II s'est efforcé de réconcilier ces Russes blancs avec la maison mère qu'ils accusaient pourtant de collaboration avec les communistes.

Deuxième grand chapitre : les relations inter-orthodoxes. Avec un conflit majeur développé entre Moscou et le patriarcat de Constantinople (le plus ancien et donc le premier dans l'honneur) mais affaibli, faute d'effectifs. La crise qui est en fait une course pour le leadership de l'orthodoxie mondiale entre Constantinople et Moscou, s'est cristallisée avec la reconnaissance d'un patriarcat en Estonie et à propos du rapprochement de Constantinople avec Rome. Mais un espoir de réconciliation est né lors d'une réunion, en octobre dernier, à Constantinople. Une synaxe où se sont retrouvés quatorze patriarches dont Alexis II, le patriarche de Moscou. Il était venu.

Dernier chapitre, les relations avec l'Église catholique. Le voyage d'Alexis II à Paris en octobre 2007, celui qu'il devait accomplir à Vienne dans deux semaines étaient des étapes vers une rencontre avec Benoît XVI. Son pontificat, en rupture de ce point de vue, avec celui de Jean-Paul II, marque un vrai dégel des relations avec Moscou. L'enjeu de la personnalité du successeur d'Alexis II est capital : il pourrait retarder le rapprochement avec les catholiques de quelques années ou… de quelques décennies.

http://www.lefigaro.fr

Post a Comment
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Popular Posts